Rio 2016, une moisson de médailles

Ecoutez le texteEcoutez le texte
 

Les jeux olympiques sont toujours un moment particulier pour le milieu sportif. Mais ceux de Rio, en août 2016, resteront un souvenir hors du commun pour la ville de Champigny. Car ce sont trois médailles que ses sportives ont rapportées à la France. S’ajoute celle de Clarisse Agbegnenou en judo, qui officiait à Argenteuil avant les Jeux mais qui est maintenant licenciée à Champigny.


Ces résultats impressionnants consacrent le niveau très élevé des clubs campinois, la qualité de leur encadrement et de leurs entraîneurs, ainsi que de leur accompagnement par la ville et le département. Dans une ville où le sport pour tous est si important, ils offrent à tous les jeunes licenciés autant d'exemples de ce que l'on peut obtenir à force de travail. Retour sur deux semaines de folie.

Il fallait parfois se coucher tard pour assister aux combats, mais cela en valait la peine. Les émotions débutent dès le 9 août, quand Clarisse Agbegnenou, qui s’entrainait à Argenteuil mais a rejoint Champigny à la rentrée, obtient à 23 ans la médaille d’argent de judo féminin dans la catégorie des moins de 63 kg.

Puis le 12 août, c’est Emilie Andéol, licenciée en judo au Red Star Club de Champigny, qui déjoue les pronostics en remportant contre les favorites une magnifique médaille d’or chez les plus de 78 kg. Après une demi-finale gagnée par un superbe ippon, une finale longue et difficile l’oppose à son adversaire cubaine, dont elle ne vient à bout qu’après 3 minutes de temps additionnel.

Le 15 août voit l’entrée en compétition de la boxeuse Estelle Mossely, campinoise licenciée au Red Star Club et déjà championne du monde des poids légers femmes (moins de 60 kg) depuis mai 2016. La finale, le 19 août, tombe le jour de son anniversaire. Après un combat contre la chinoise Yin Junhua mal engagé lors des deux premières reprises, elle réagit, s’expose et reprend le dessus. Le jour de ses 24 ans, elle devient la première boxeuse française championne olympique de l’histoire.

Son compagnon à la ville, Tony Yoka, sera également désigné champion olympique chez les poids lourds deux jours plus tard. La presse baptisera ce couple en or d’habitants de Champigny Les Fiancés de Rio.

Ce même vendredi 19 août a lieu une autre compétition qui fait vibrer la ville. Celle d’Haby Niaré, championne de taekwondo de l’Académie Sporting Club Champigny, qui concoure dans la catégorie des moins de 67 kg.

Les quatre rencontres s’enchainent dans la même journée. En demi-finale, elle triomphe de la turque Nur Tatar avant d’être vaincue en finale. La très belle médaille d’argent qu’elle rapporte est le titre olympique le plus élevé jamais obtenu par une française dans ce sport. 

Sur six médailles obtenues à Rio par les sportifs du Val-de-Marne, trois sont ainsi le fait de celles que tout le pays appelle, dans les jours suivants, les « filles de Champigny ». Merci les championnes, pour ces moments intenses que nous avons vécu avec vous ! Merci pour l’espoir et la fierté que vous avez offerts à toute une ville.

La ville fête ses championnes

Vendredi 23 septembre, plus d'un millier de Campinois célébrait le retour des médaillées de Champigny lors d'une grande soirée organisée au gymnase Tabanelli. Revivez ces moments exceptionnels à travers la sélection de photos présentée ci-dessous. 

C.S. - Photos D.Rullier
Lire également le dossier que le magazine municipal
Champigny Notre Ville consacrait aux trois sportives dès juillet 2016, ainsi que les articles et témoignages dans les numéros de septembre 2016 et octobre 2016. > Accéder à la rubrique publications